to top

Vous voulez plaire à tout le monde? Partie 1

Au début de mon aventure, j’ai voulu plaire à tout le monde, je me sentais vulnérable et je manquais cruellement de confiance en moi. Ainsi, j’ai mis en péril mon entreprise et mes relations personnelles à plusieurs occasions, et surtout, j’ai perdu beaucoup de temps et d’argent! Vous n’aimez pas décevoir et vous voulez contenter tout le monde? Sachez que vous risquez d’y perdre plus que vous n’y gagnerez. Voici un petit retour sur mon expérience qu’on n’apprend pas en cours d’entrepreneuriat.

Plaire ou décevoir, un choix difficile auquel tout entrepreneur sera confronté, souvent. Mieux vaut le savoir avant, car cela m’a occasionné bien du tort. Et les premières personnes à qui vous devrez résister sont : vos associés/partenaires.

Apprendre à dire non à ses partenaires

Ils investissent de l’argent et/ou s’impliquent dans l’entreprise avec vous, vous conseillent, vous soutiennent et vous vous sentez redevables. Pour ne pas nuire à ces relations qui vous tiennent à cœur, vous allez être tentés, comme moi, de vouloir contenter tout le monde quitte à dénaturer votre vision et compromettre la santé financière de votre entreprise. Vous allez mettre de côté vos instincts et votre intuition et fonder vos actions sur le désir d’acheter la paix et d’éviter toute forme de conflit. Pourtant, sans vouloir invalider à tout prix les suggestions ou idées des autres, il y a une petite voix en vous qui vous parle, vous déconseille d’agir dans ce sens…mais vous le faites pareil pour démontrer à ces personnes que vous accordez de la valeur à leur contribution et pour ne pas les démotiver ou les contrarier.

Depuis la création de mon entreprise, j’ai reçu d’innombrables conseils. Parfois, ils sont pertinents et sincères, d’autres fois naïfs ou non applicable dans mon contexte, et parfois destinés à obtenir quelque chose de vous. Avec le temps, il faut apprendre à distinguer les intentions bienveillantes à votre égard des intentions intéressées, ce qui s’acquiert après de nombreuses déceptions (vous serez surtout déçus de ne pas vous avoir fait confiance). Les partenaires ont leurs propres intérêts financiers, il ne faut jamais ignorer ce fait. Vous avez à cœur la pérennité de l’entreprise mais eux peuvent vouloir un gain rapide. Pourtant, votre petite voix vous parle toujours, quelque chose ne tourne pas rond, vous vous sentez encore plus vulnérables….mais vous vous dites que c’est ça le milieu des affaires et que pour avoir du succès il faut prendre des risques. Mais prendre un risque pour faire plaisir aux autres sera entièrement à vos frais.

Lorsqu’il s’agit de conseils sincères mais qui ne sont pas en adéquations avec votre vision, rappelez-vous de trois choses :

  • Personne ne connait votre entreprise mieux que vous.
  • Personne n’a autant à cœur votre entreprise.
  • Vous prendrez toujours la plus grosse part de risque.

On oublie qu’on est pas au service des actionnaires/partenaires mais plutôt de son entreprise. C’est uniquement envers le bien de l’entreprise que vous être redevables, puis indirectement aux autres. On devient entrepreneur pour maîtriser sa destinée, pas pour se faire contrôler pour générer un gain financier pour les autres, comme une marionnette. Il faut s’en rappeler car on l’oublie parfois, quand on cherche à plaire. Mais la vérité, c’est que personne ne fera les choses à votre place. Bref, par souci de tranquillité et pour ne pas froisser mes partenaires, j’ai perdu du temps et pris des risques inutiles et à mes frais en prenant des détours inutiles. Maintenant, j’ai appris à filtrer et à dire non…souvent!

Apprendre à décevoir son entourage

Votre entourage proche ou moins proche, sera vite une source de stress et de risques, et ce, de manière très variée. Entre ceux qui vous demanderont de les embaucher ou d’embaucher leur cousin qui cherche un job (sans expérience associée au poste) et ceux qui vous demanderont pourquoi vous n’avez pas encore exporté en Ouzbékistan car c’est un pays en développement…Il faut apprendre à décevoir en disant non et vos justificatifs deviendront de plus en plus court avec le temps!

Votre entourage ne comprend pas toujours ce que vous faites au quotidien et tant que vous ne faites pas des millions, ils ne vous prendront pas au sérieux ou ne vous accorderons pas nécessairement la crédibilité qui vous est due (après tout, si vous avez réussi à démarrer votre entreprise et que vous êtes en mesure d’en vivre, vous savez sans doute un peu ce que vous faites). C’est l’effet Dunning-Kruger qui entre en jeu. Plus on est incompétent dans un domaine, plus :

  • On tend à surestimer son niveau de compétence ;
  • On ne parvient pas à se rendre compte de son degré d’incompétence ;
  • On ne parvient pas à reconnaître la compétence de ceux qui la possèdent véritablement.

Combien de fois on m’a dit : « T’inquiète, si tu as besoin je peux te remplacer pendant ton congé maternité»… Ces propos, quoique très bienveillants, invalident ma compétence et l’envergure de ma fonction de gestionnaire principale de mon entreprise. Jamais je ne présumerais pouvoir remplacer quiconque dans leur emploi pendant une période courte ou prolongée sans connaître en détail leur métier et leurs responsabilités. Pourtant, j’ai constaté que plusieurs personnes se croyaient en mesure de remplacer le patron d’une PME en transformation alimentaire : dans leur esprit, j’imagine que le rôle perçu ne requiert qu’une simple présence physique, un titre et un pouvoir décisionnel.

Vous savez quelles démarches il faut faire pour exporter dans un pays quand on est 2 ou 3 dans toutes les fonctions administratives confondues? Vous savez ce que c’est de gérer les marges et la production de granola, respecter les règles qualité, gérer les demandes des distributeurs, communiquer avec des géants de la grande distribution? Surtout, croyez-vous pouvoir imposer si facilement votre leadership au sein d’une petite entreprise, tant au niveau des collaborateurs internes et externes? Croyez-vous qu’il faut simplement prendre des décisions et ne pas s’impliquer dans les dossiers? Je vous l’assure, la réponse c’est non et je l’ai appris encore une fois à mon détriment.

Vous pensez qu’on vous lâchera la grappe quand vous serez connus ou que votre entreprise atteindra 5, 10 ou 15 ans d’existence? Eh bien non, plus le gâteau va grossir, plus de monde en voudra une part. Alors vous devrez décevoir et leur dire non. Au final, vous n’aurez pas de répit, impossible de vous couper de votre entreprise avec votre entourage, il y aura toujours des conseils surprenants à esquiver….

Leave a Comment